PR Newswire: diffusion de nouvelles, de ciblage et de surveillance

L'OMS recommande aux pays en voie de développement d'utiliser le nouveau vaccin contre la pneumonie

Share with Twitter Share with LinkedIn

GENÈVE, Switzerland, March 23 /PRNewswire/ -- - L'utilisation régulière du vaccin antipneumococcique conjugué dans le monde en voie de développement est considérée prioritaire par l'OMS afin de sauver des millions de vies

De nouvelles directives publiées aujourd'hui par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) demandent l'introduction de l'utilisation de vaccins antipneumococciques conjugués dans les programmes de vaccination en place dans les pays en voie de développement, et le premier d'entre eux est le vaccin heptavalent (PCV7) actuellement homologué.

L'infection pneumococcique est la principale cause de mortalité infantile dans le monde qui peut être prévenue par la vaccination. L'OMS estime qu'environ 1,6 million de personnes, dont un maximum d'un million d'enfants âgés de moins de cinq ans, meurent chaque année de pneumonie pneumococcique, de méningite et de sepsie.(1) Dans les populations présentant des taux de mortalité infantile élevés, la pneumonie est la principale cause infectieuse de mortalité et représente environ 20-25 % de tous les décès d'enfants.(2)

Reconnaissant le lourd fardeau des infections pneumococciques pour les jeunes enfants ainsi que l'efficacité et l'innocuité du PCV7 chez ce groupe d'âge, l'OMS considère que son inclusion dans les programmes de vaccination nationaux est prioritaire, surtout dans les pays où le taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans est supérieur à 5 % des naissances vivantes, ou supérieur à 50 000 décès d'enfants par année.

<< L'infection pneumococcique peut tuer jusqu'à un million d'enfants par année, et la majorité de ces décès surviennent dans les pays en voie de développement >>, a affirmé la Dre Adenike Grange, présidente de l'Association internationale de pédiatrie. << Cette décision est une étape importante dans le processus de lancement d'un vaccin antipneumococcique efficace et sûr dans les pays en voie de développement. >>

Le Dr Orin Levine, directeur exécutif de PneumoADIP, organisation non gouvernementale ayant comme mission de diminuer le délai entre l'utilisation d'un vaccin dans les pays industrialisés et son lancement dans le monde en voie de développement, a déclaré : << Le groupe PneumoADIP(3) de GAVI applaudit l'initiative de l'OMS consistant à fournir un leadership et des directives de grande importance pour l'utilisation du vaccin antipneumococcique de façon à prévenir les cas de pneumonie dans les pays en voie de développement. Jointe au financement et à la garantie de marché de GAVI, la prise de position de l'OMS contribue à l'approvisionnement de vaccins antipneumococciques aux enfants qui en ont le plus besoin et ce, de façon plus rapide que jamais. >>

Habituellement, les nouveaux vaccins prennent un minimum de quinze ans avant d'être disponibles dans les pays en voie de développement. Grâce à cette recommandation, le vaccin antipneumococcique conjugué pourrait désormais être utilisé de façon régulière en Afrique et ce, seulement huit ans après son lancement aux États-Unis.

Une infection par le VIH augmente considérablement le risque d'infection pneumococcique chez les enfants et les adultes. Depuis que les vaccins antipneumococciques conjugués ont fait la preuve de leur innocuité et de leur efficacité chez les enfants infectés par le VIH, l'OMS recommande que les pays ayant une prévalence élevée de VIH fassent du lancement du PCV7 une priorité. De plus, les populations ayant une prévalence élevée d'autres états sous-jacents qui augmentent le risque de maladie pneumococcique, comme la maladie drépanocytaire, devraient aussi être ciblées pour les programmes de vaccination.

<< Les enfants atteints du VIH peuvent courir jusqu'à 40 fois plus de risques d'être frappés par une infection pneumococcique que les enfants n'étant pas infectés par le VIH, et le vaccin a prouvé qu'il contribuait à empêcher que la maladie ne se développe chez ces enfants vulnérables, >> a affirmé le Dr Thomas Cherian, coordonnateur du programme Expanded Programme on Immunization Plus du département Vaccination, vaccins et produits biologiques de l'OMS.

Les sérotypes compris dans le vaccin PCV7 englobent de 65 % à 80 % des sérotypes liés à l'infection pneumococcique invasive chez les enfants en bas âge dans les pays occidentaux industrialisés. En dépit de l'absence de certains sérotypes qui sont des causes importantes de l'infection pneumococcique dans les pays en voie de développement, le PCV7 peut empêcher la mortalité et la morbidité de façon importante dans ces pays. Le PCV7, tout comme d'autres formulations de vaccins antipneumococciques conjugués, a démontré son innocuité et son efficacité dans de nombreux milieux, soit les pays industrialisés et en voie de développement, les milieux urbains et ruraux, et chez les enfants infectés par le VIH.

<< À la suite de cette recommandation, nous nous attendons à ce que les vaccins antipneumococciques commencent à sauver des vies dès 2008 dans les pays où GAVI exerce ses activités. Ces pays, qui disposent de l'appui de l'OMS, sont maintenant en mesure d'obtenir le vaccin par l'entremise de GAVI pour un montant de 0,10 $US à 0,30 $US la dose, >> a déclaré le Dr Orin Levine. << Reconnaissant le fait que les vaccins dotés de 10 à 13 sérotypes deviendront largement disponibles d'ici 2010, l'OMS informe les pays qu'ils doivent commencer à sauver des vies avec le vaccin disponible et décider par la suite s'ils adopteront ou non d'autres vaccins lorsqu'ils seront à leur tour disponibles, >> a poursuivi le Dr Levine.

La recommandation de l'OMS ainsi que sa pré-sélection du PCV7 prépareront le terrain pour le lancement de ce vaccin en 2008, soutenu par GAVI, dans les pays les plus pauvres du monde. La présélection est un processus établi par l'OMS, qui vise à garantir l'innocuité et l'efficacité de tous les vaccins achetés par des agences de l'ONU.

Le lancement d'un nouveau vaccin exige qu'on prête attention à son contrôle, et le vaccin antipneumococcique ne fait pas exception à la règle. L'OMS encourage les pays à exécuter un contrôle approprié de l'infection pneumococcique invasive afin d'établir les bases de référence des effets de la vaccination, et de les surveiller, y compris la fréquence et l'ampleur de la maladie de remplacement. Ce contrôle est particulièrement important dans les pays en voie de développement qui figurent parmi les premiers pays à introduire le vaccin dans leurs programmes nationaux, ainsi que dans les pays ayant une prévalence élevée d'infections par VIH ou d'autres états qui augmentent le risque d'infection pneumococcique.

L'infection pneumococcique touche des personnes de tout âge. Le risque de maladie grave demeure élevé tout au long des 24 premiers mois de la vie. Lorsque le PCV7 sera inclus dans les programmes de vaccination régulière des enfants, il sera possible d'atteindre un niveau de protection individuelle et communautaire maximal en fournissant une seule dose de rattrapage du vaccin pour les enfants de 12 à 24 mois n'ayant pas été vaccinés auparavant ainsi que pour les enfants à haut risque âgés de 2 à 5 ans.

Les tests réalisés sur d'autres vaccins antipneumococciques en développement, qui contiennent des sérotypes supplémentaires ciblant les souches de la maladie qui causent régulièrement la mort et l'invalidité dans le monde en voie de développement, sont très avancés, et ces vaccins devraient devenir disponibles dans les pays en développement entre 2009 et 2011. Le lancement du vaccin heptavalent signifie qu'on peut commencer à sauver des vies dès maintenant. Ce vaccin, mis au point par Wyeth, est efficace, bien toléré et peut être livré par les systèmes d'immunisation existants. Les données de surveillance des États-Unis(4) indiquent que l'effet de l'immunité collective(x) de la vaccination antipneumococcique régulière prévient deux fois plus de cas que les effets directs de la vaccination seulement, protégeant ainsi les adultes et les enfants vulnérables.

(x) L'immunité collective est la résistance d'une population à la propagation d'un organisme infectieux en raison de l'immunité d'une proportion élevée de la population ; l'étude américaine suggère que l'effet de l'immunité collective de la vaccination antipneumococcique peut être particulièrement fort.

Références

1. Organisation mondiale de la Santé. Pneumococcal vaccines. Wkly Epidemiol Record 2003;14:110-19

2. Williams BG, Gouws E, Boschi-Pinto C et al. Estimates of worldwide distribution of child deaths from acute respiratory infections. Lancet Infect Dis 2002;2:25-32

3. Pneumococcal Vaccines Accelerated Development and Introduction Plan - financé par une bourse de 30 millions USD de GAVI Alliance

4. Centers for Disease Control and Prevention. Direct and Indirect Effects of Routine Vaccination of Children with 7-Valent Pneumococcal Conjugate Vaccine on Incidence of Invasive Pneumococcal Disease - États-Unis, 1998-2003. MMWR 2005;54:893-897.

Remarque aux rédacteurs :

L'infection pneumococcique est une infection causée par le Streptococcus pneumoniae. Lorsque ces bactéries envahissent les poumons, elles causent le type de pneumonie bactérienne le plus fréquent. Les bactéries peuvent aussi envahir la circulation sanguine (bactériémie) et/ou les tissus et fluides entourant le cerveau et la moelle épinière (méningite).

Selon l'OMS, la pneumonie pneumococcique et la méningite sont responsables de 800 000 à un million de décès d'enfants chaque année, et plus de 90 pour cent des décès d'enfants causés par la pneumonie pneumococcique surviennent dans des pays en voie de développement.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS), institution spécialisée des Nations Unies pour la santé, a été fondée le 7 avril 1948. Comme il est précisé dans sa Constitution, l'OMS a pour but d'amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible. Dans ce même document, la santé est définie comme un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.

L'objectif du programme PneumoADIP (Pneumococcal Vaccines Accelerated Development and Introduction Plan) est de réduire le délai entre l'utilisation d'un nouveau vaccin dans les pays industrialisés et son lancement dans les pays en voie de développement en diminuant l'incertitude de la demande et en assurant un approvisionnement durable et à prix abordable de vaccins. Cette approche novatrice est financée par GAVI Alliance. Le groupe PneumoADIP est situé à l'école de santé publique Johns Hopkins Bloomberg. Il a pour mission d'améliorer la survie et la santé des enfants en accélérant l'évaluation des nouveaux vaccins antipneumococciques salvateurs, et leur accessibilité, pour les enfants du monde entier.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le www.preventpneumo.org, ou contacter :

    
    Hans Kvist
    Directeur des communications
    PneumoADIP de GAVI
    Portable: +1-410-736-8243
    Courrier électronique : hkvist@jhsph.edu

    Christina Chalé
    Conseillère
    Ruder Finn Communications
    Bureau : +44(0)7-462-8938
    Courrier électronique : cchale@ruderfinn.co.uk

SOURCE pneumoADIP



Pour les journalistes et les blogueurs

Rendez-vous sur  PR Newswire for Journalists et retrouvez nos communiqués de presse, nos photos et nos flux de contenus personnalisés dédiés aux médias.

Voir et télécharger nos contenus vidéo archivés et diffusés par MultiVu sur The Digital Center.

Share with Twitter Share with LinkedIn
 

Obtenez du contenu pour votre site web

Améliorer le contenu de votre site ou votre blog avec PR Newswire fils de nouvelles personnalisés en temps réel.
Commencez dès aujourd'hui.

 

 
 

Contacter PR Newswire

Envoyez-nous un courriel à l'adresse paris@prnewswire.fr or call us at +33 (0)1 48 00 18 30

 

 
 

Devenir un client de PR Newswire

Demande d'information à propos de PR Newswire produits & services ou appelez-nous au +33 (0)1 48 00 18 30

 

 
  1. Produits & Services
  2. Communiqués de presse
  3. Contacter PR Newswire